Portrait de "se comprendre"

Un service d'interprétariat qui favorise l'intégration des migrants !

"se comprendre" propose des interprètes parlant une trentaine de langues du monde pour des traductions et des entretiens de médiation interculturelle entre les migrants et les institutions communales et cantonales des cantons de Fribourg, du Jura et de Berne.

Communiquer et se faire comprendre est l'une des essences de la vie. Sans entendement réciproque, une cohabitation réussie est impensable. Entre des gens qui parlent la même langue, c'est déjà ardu. Que dire alors de l'interaction entre des personnes qui ne partagent pas le même idiome ? Un requérant d'asile syrien se retrouve à l'hôpital. Comment l'informer de la nature de ses souffrances ? Un jeune réfugié érythréen ne fait pas d'efforts à l'école. Comment alerter ses parents analphabètes ? Un Portugais récemment arrivé en Suisse est victime d'un accident de travail. Comment lui expliquer ses droits ? Une touriste indienne se fait dérober son sac. Comment l'aider à se confier à la police ? La seule solution passe par l'intervention d'un interprète qualifié qui devient alors la béquille indispensable pour éviter les impairs.

Caritas Suisse s'engage
Le métier d'interprète ne s'improvise pas. Il exige formation et doigté pour offrir un maximum de respect aux gens concernés. C'est ce constat qui a encouragé Caritas Suisse à créer en 1997 un service professionnel d'interprétariat communautaire. Dix-huit ans plus tard, le service "se comprendre", en constante évolution, est toujours aussi pertinent. Surtout dans ce pays multiculturel qu'est la Suisse du XXIe siècle, où l'intégration des migrants est l'un des enjeux majeurs. Finalement, l'interprète communautaire est comme le carburant. Sans lui, on fait du surplace.

En 2014, "se comprendre" a fourni 6300 heures d'interprétariat. Une enquête de satisfaction menée avec notre partenaire neuchâtelois a démontré que plus de 90 % de nos clients étaient satisfaits de nos services.
Les prestations du service "se comprendre" couvrent d'autres demandes que celle de l'interprétariat, telles que des traductions écrites et des interventions au sein d'institutions pour sensibiliser les professionnels à l'interprétariat. Notre administration organise les interventions avec les interprètes et les professionnels et gère les salaires et la facturation pour les utilisateurs.

Besoin croissant et économies à long terme
Dans le domaine de la santé, du social, de la formation et de la justice, les tâches des professionnels sont de plus en plus hétérogènes vis-à-vis des personnes issues de la migration. Lorsque des difficultés linguistiques ou culturelles viennent s'ajouter à ces contenus complexes, les limites de la communication sont rapidement atteintes si l'on ne fait pas recours aux interprètes. On ne parle alors pas seulement de traduction, mais d'interprétariat communautaire, par cette "plus-value" que représente la prise en considération des aspects socioculturels de chacune des parties.
Les systèmes sociaux, scolaires, juridiques et sanitaires en Suisse sont complexes et se distinguent radicalement de ceux des pays des personnes migrantes. Les interprètes communautaires soutiennent les professionnels dans leur obligation d'informer leurs interlocuteurs quant à leurs droits et à leurs devoirs. Ils apportent ainsi une contribution considérable au développement d'une meilleure intégration de tous dans notre société.
En fin de compte, le fait de se comprendre et de se sentir compris génère la confiance et la sécurité parmi les migrants. Une collaboration précoce des services publics avec un interprète communautaire permet de gagner du temps et de l'argent en évitant des malentendus qui peuvent avoir des effets aussi désastreux que coûteux.

Une formation reconnue
Les interprètes communautaires sont au bénéfice d'une formation de base en communication interculturelle. Ils sont soumis à un code déontologique professionnel strict qui les contraint à respecter le secret de fonction, à rester impartial ou encore à être exhaustif dans leur manière de transmettre les contenus. Certains suivent une formation qui débouche sur un certificat reconnu au niveau national.
De plus, des formations continues et des supervisions permettent d'étayer les compétences sur certains thèmes et de traiter des situations compliquées. On parle alors de professionnels qualifiés avec une expérience propre de la migration, étant en mesure de faire des ponts entre les professionnels et les migrants.

Des partenariats efficaces
"se comprendre" collabore intensivement avec les cantons qui le soutiennent dans le cadre des Programmes d'Intégration Cantonaux (PIC) 2014-2017. Des contrats de prestations avec les Bureaux de l'Intégration du Jura et de Fribourg, avec le Département de la Santé et des Affaires Sociales de Fribourg, ainsi qu'avec l'Office des Affaires Sociales de Berne ont été signés en 2014. Ces conventions témoignent de la confiance que fournissent les trois cantons au service "se comprendre" et c'est notamment grâce à ces fructueuses collaborations que ce site internet a pu voir le jour.

 

Rapport d'activité 2016


Le rapport d'activité vous renseignera sur les projets que nous avons menés en 2015, ainsi que sur les objectifs de l'année en cours.


> Consulter le rapport d'activité 2016

 
 
 
secomprendre.ch

Boulevard de Pérolles 55
CP 11
1705 Fribourg

secomprendre@caritas.ch
026 425 81 30

 

Nous sommes soutenus par: